servicepublic.gouv.ci Le portail de l'Administration ivoirienne
Avez vous des questions ?
  • @ Envoyez un courriel ici
Professionnel- La propret? dans les cellules p?nitentiaires cellules p?nitentiaires
  
  
Partagez cette page avec vos amis
01/01/1970
La Coalition pour le changement, organisation de la soci?t? civile regroupant 20 structures de jeunesse, voudrait au nom de la jeunesse ivoirienne, vous souhaiter la traditionnelle ? Akwaba ? sur les bords de la lagune Ebri?. ? l?heure o? vous foulez le sol ivoirien, et au moment o? s?ouvrent vos assises, Abidjan s?est par?e de ses plus beaux habits pour vous accueillir. S?il est vrai qu?en Afrique c?est une coutume de faire le grand m?nage et une profonde toilette pour para?tre agr?able ? un illustre h?te, vous arrivez dans un pays qui certes a fait sa toilette des grands jours, mais a des cadavres dans son placard. Rien que pour vous, l?H?tel Ivoire a ?t? r?nov? ? hauteur de 23 milliards de francs CFA. Les abords des principales rues de notre capitale ont ?t? d?gag?s et les nombreux ? nid-de-poule ? qui s?y trouvaient ont ?t? referm?s. Certains v?hicules de transports, appel?s ? w?r? w?r? ?, qui permettent de transporter les travailleurs les plus modestes, sont interdits d?acc?s au Plateau, quartier qui abrite le si?ge de votre institution, pour vous emp?cher de voir ces cercueils roulant. Les mendiants, malades mentaux et m?me les prostitu?es ont ?t? ? encasern?s ?, rien que pour rendre votre s?jour agr?able et vous ?viter de d?couvrir le visage hideux de la mis?re des enfants de ce pays. Bref, durant la 45e assembl?e annuelle de votre institution, Abidjan a tent? de retrouver son visage d?antan. Ce visage relativement reluisant que vous pr?sente Abidjan pendant votre r?union n?est qu?une tombe blanchie qui renferme des ossements caract?risant un immense oc?an de mis?re et de d?sespoir dans lequel baigne le peuple ivoirien, en particulier sa jeunesse. Votre arriv?e, qui avait suscit? un peu d?espoir dans le c?ur de toute cette population vivante de petits boulots et qui devrait ?tre une occasion pour certains de faire de petites affaires, a ?t? au contraire une autre source de d?solation. Le nombre de ch?meurs dans ce pays qui vous accueillent selon les chiffres officiels de la Chambre de commerce et d?industrie de C?te d?Ivoire avoisine les 5 millions de personnes. Ceux qui, parmi ces 5 millions de d?s?uvr?s, ont d?velopp? de petits commerces aux abords de certaines art?res pour obtenir leur pain quotidien, ont ?t? d?guerpis manu militari pour vous faire croire qu?? Abidjan, les activit?s informelles n?existent pas. Pour vous pr?senter un beau visage de notre capitale, ces jeunes dipl?m?s au ch?mage, g?rants de cabine t?l?phonique, de kiosque ou de lavage de v?hicule, cordonniers ont ?t? d?guerpis sans aucune compensation financi?re. De nombreux jeunes, fruits de l??chec de notre syst?me social et ?ducatif, qui avaient pratiquement ?lu domicile dans les rues d?Abidjan et appel? ici commun?ment ? enfant de la rue ? ont ?t? interdits d?acc?s ? leur lieu habituel de regroupement ; notamment les abords de l?H?tel ivoire, de l??glise Saint Jean et de certains grands carrefours d?Abidjan o? des policiers veillent ? ce qu?ils n?y soient plus. Notre syst?me ?ducatif totalement inop?rant est devenu ces dix derni?res ann?es, productrice de ch?meurs ou jeunes mal form?s. Le manque de perspectives a pouss? certains d?entre nous (les jeunes) ? se r?fugier dans la violence et d?autres dans la prostitution. Demandez que l?on vous fasse voir ? la Rue princesse ? ou ? le march? de nuit ? de la commune de Marcory. Vous y trouverez des petites filles d?? peine 10 ans qui s?adonnent au plus vieux m?tier du monde, la prostitution.