servicepublic.gouv.ci Le portail de l'Administration ivoirienne
Avez vous des questions ?
  • @ Envoyez un courriel ici
L’ONG "Désir d’Avenir" offre des produits sanitaires aux populations de Petit Yapo (Agboville)
  
  
Partagez cette page avec vos amis
01/01/1970

Agboville - Une délégation de l'ONG "Désir d'Avenir", conduite par son président, Hussein El Khayat, a offert des produits sanitaires et des vêtements, dimanche après-midi, aux populations de Petit Yapo, un village situé à environ 14 km d'Agboville.

"Il s'agit de petits gestes symboliques, juste pour dire que nous ne pouvons revenir sur place les mains vides", a indiqué M. El Khayat, expliquant que "Désir d'Avenir" a pour intention de faire passer un message de courage et surtout de "fraternité en action".

"C'est une visite de mon village", assure le donateur qui rappelle être à Petit Yapo par amitié, mais aussi par reconnaissance pour ce village où a servi son grand-père toute sa vie, en qualité d'opérateur économique.

Selon Hussein El Khayat, c'est en agissant collectivement et en aidant son prochain qu'il sera plus facile de faire avancer les causes nobles, celles qui servent l'entraide, la générosité et le courage.

"Ce sont des valeurs que prône Désir d'Avenir et qui font que nous avons cet idéal qui nous conduit toujours vers l'avant", a-t-il réaffirmé.

Désir d'Avenir est une association culturelle, éducative et humanitaire. Elle a deux objectifs principaux avec des universités populaires et participatives, qui sont des concepts de journées de réflexion, en plus des journées sociales.

"On essaie d'aider, mais en poussant la réflexion pour pouvoir aider les plus démunis à se prendre en charge", a insisté M. El Kyahat qui a rappelé que son ONG, créée le 25 février 2012, organise environ deux universités populaires et participatives et cinq à six galas de don par an.

"Populations, chefferie et coopératives des femmes saluent votre geste", a lancé le président de la mutuelle des cadres de Petit Yapo, Pr Ochou Delfin, soulignant que les populations n'ont pas forcément besoin de grandes choses pour être heureuses.

"Juste un petit geste et c'est cela le développement durable", a assuré le professeur Ochou.